Historique

 

chevet Saint Remi, évêque de Reims, qui a baptisé Clovis, meurt vers 533 à 96 ans. Comme saint Hilaire à Poitiers, autre grande figure de l'église de Gaule, il est enterré hors des murs de la cité, dans un modeste oratoire dédié à saint Christophe. Celui-ci est presque immédiatement et dédié à saint Remi. Dans la seconde moitié du VIIIe, l'archevêque Tilpin y établit une communauté bénédictine.

 

 

Une nouvelle église est consacrée le 1er octobre 852 par l'archevêque Hincmar. Vers 1007, l'abbé de Saint Remi, Airard projette de construire l'édifice actuel. Le plan initial est trop ambitieux. Il est modifié en cours de construction par les successeurs d'Airard. Elle est consacrée par le pape Léon IX en 1049, le 1er octobre, jour de la saint Remi. Elle est alors couverte d'une charpente. Le complexe monastique est rémanié au début du XIIe siècle. L'abbé Pierre de Celle décide de doter l'église d'éléments gothiques. Le choeur est reconstruit entre 1170 et 1180, ainsi que la partie occidentale (en conservant toutefois les tours romanes). Le voûtement complet de la basilique est assuré par son successeur, Simon, à la fin du XIIe siècle.
chevet

 

 

nef L'abbaye passe sous le régime de la commende en 1473. En 1505, l'archevêque de Reims, qui est aussi l'abbé commendataire, Robert de Lenoncourt, décide de reconstruire la façade sud. En 1602, le pignon du transept est reconstruit après son effondrement. Vingt ans plus tard, la congrégation de Saint Maur reprend l'abbaye en mains et procède à de nombreuses restaurations. En 1774, un incendie ravage l'abbaye, épargnant toutefois l'église. La révolution chasse les abbés, et l'église descend au rang de paroissiale. L'église est classée monument historique en 1840. Des restaurations sont entreprises.

 

 

Les voûtes primitives, trop lourdes, sont remplacées par de fausses voûtes en bois et plâtre, plus légères. Les étages supérieurs de la façade sont entièrement reconstruits. De nombreuses destructions sont occasionnées par la Première guerre mondiale. Le 1er août 1918, un incendie ravage complètement l'église (effondrement des voûtes et du mur sud de la nef). Les restaurations s'étalent jusqu'en 1958.

Lustre de 96 bougies représentant les 96 années de la vie de saint Remi.

lustre

 



Référence bibliographique :

- COLLIN Hubert, Champagne romane, Zodiaque, collection La nuit des temps, 1981

 

 


Page d'accueil