Historique

        Dans la première moitié du XIIIe siècle, une église romane remplace une première basilique, romane elle aussi. De cette seconde église, d'un roman tardif, il ne subsiste aujourd'hui que le portail occidental. La construction de l'édifice gothique a débuté au XIVe siècle. Le choeur est achevé en 1340. La nef, le transept et la tour sud sont construits entre 1359 et 1511. Entre temps, l'église est devenue cathédrale (1469). La tour nord, laissée inachevée (elle ne fait que 61 mètres), est coiffée de cuivre en 1556.
        Incendiée en 1945, la cathédrale est restaurée à partir de 1952.


Extérieur

cliquez pour agrandir Saint Stephan se distingue au premier abord par sa toiture de tuiles multicolores qui dessinent, côté nord, des aigles royales accompagnées de la date de restauration

        

La façade occidentale assemble des éléments disparates. Le portail des Géants, reliquat de l'époque romane, est ainsi nommé car on trouva à son seuil un os énorme, qui s'avérera appartenir à un mammouth. La frise de dragons, d'oiseaux et de lions qui le décore date de 1805.
cliquez pour agrandir

 

Son tympan est consacré à un Christ en gloire, accompagné par deux anges. Les voussures sont ornées de motifs géométriques.

 

Dans le mur, on trouve deux barres de fer scellés dans le mur : elles servaient d'étalon pour mesurer la toile. Les tours des païens (66 mètres) encadrent ce portail. A leur base, des portails sont surmontés de petites roses puis de baies ornées d'un gâble. Au dessus, quatre niveaux octogonaux, percés d'une baie sur chaque facette, précède une courte flèche. L'ensemble est d'une grande sobriété.


        La tour sud, qui mesure 137 mètres, est de style gothique flamboyant. Il s'agit d'une longue flèche de pierre couverte de petites arcatures et de gâbles qui lui donnent son apparente légèreté.
        On peut encore noter que les contreforts de la nef sont finement décorés.

 

Intérieur

cliquez pour agrandir

        Après un narthex de deux travées, augmenté de chapelles latérales, on trouve une nef de quatre travées (107 mètres) dotée de voûtes en étoile complexes. Les collatéraux sont d'une largeur quasiment égale à celle du vaisseau principal.

cliquez pour agrandir

 

cliquez pour agrandir Au revers de la façade, l'orgue, supporté par une tribune qui forme une sorte d'arche au dessus de l'entrée, est surmonté d'une large baie.

 

cliquez pour agrandir L'élément le plus remarquable de cette nef est probablement la splendide chaire de pierre réalisée par Anton Pilgram au début du XVIe siècle.
cliquez pour agrandir

 

cliquez pour agrandir Le sculpteur s'est représenté sous la rampe (photo de gauche). On y trouve également les bustes de quatre pères de l'Eglise.


        Le transept se signale surtout par les deux chapelles qui terminent ses croisillons et qui lui donnent une largeur totale de 70 mètres
        Le chevet est constitué d'une abside principale de quatre travées, entourée de deux absidioles de trois travées, qui terminent les collatéraux. On ne retrouve donc pas la disposition commune au gothique français, le choeur avec déambulatoire et chapelles rayonnantes. Les voûtes, plus anciennes que celles de la nef, sont quadripartites.


Page d'accueil