Historique

 

Au départ, une communauté d'hommes et de femmes se regroupe autour de Ramón de Vallbona dans un lieu solitaire. Elle adopte la règle bénédictine. La première mention écrite du monastère date de 1153, lors d'une donation de terre. On sait également que cette communauté mixte est régie par une femme, doña Beatriz, en 1174. En 1175, la communauté est rattachée à l'ordre cistercien. Les hommes partent dans d'autres monastères. L'abbaye reçoit la protection royale d'Alphonse II et celle du pape Innocent III, qui lui donne en1201 les mêmes privilèges qu'à l'abbaye royale de las Huelgas (Burgos).
L'abbaye devient le permier centre sprirituel féminin cistercien et essaime. Elle est occupée de façon ininterrompue jusqu'au 28 février 1809, la communauté étant alors chassée par les troupes napoléonniennes.

Vierge de Vallbona, du XIIe siècle

 

 

Elle revient en 1815 jusqu'au décret de desamortización de 1835. Lorsque la situation se normalise, les richesses de l'abbaye sont vendues pour que la communauté puisse subsister. Grâce à des dons, de nombreux travaux de réfection sont faits en1861, puis dans les années 20. L'abbaye est classée monument national en 1931. Elle subit de nombreuses destructions pendant la guerre civile. Des restaurations sont entreprises en 1986.

 



Référence biblio :

- GARCIA, Wilfredo Rincón, Monasterios de España, tome III, Espasa-Calpe, 1992

 


Page d'accueil