Historique

 

L'ordre des Frères prêcheurs (futurs dominicains) est créé en 1216 à Toulouse par Saint Dominique, dans le contexte de la lutte contre l'hérésie cathare. La maison mère est le couvent des Frères prêcheurs, installé dans le site actuel depuis 1230.
La construction de l'église est aussitôt entamée. Elle dure un peu plus d'un siècle. Le projet, initialement roman, s'achève dans le style gothique méridional. De 1230 à 1234, est édifié un bâtiment rectangulaire, relativement modeste, couvert d'une charpente. Le choix d'un double vaisseau est déjà fixé : la nef de gauche est consacrée aux religieux, la nef de droite aux fidèles. De 1245 à 1252, on allonge l'église vers l'est pour la doter d'un choeur polygonal. de 1275 à 1298, le chœur reçoit sa voûte actuelle, avec le fameux palmier (élevé en 1292). On édifie également la tour du clocher en 1298. Enfin, de 1325 à 1335, on remanie les nefs pour les rendre parfaitement symétriques et assurer la cohérence architecturale avec le chœur
En 1385, Urbain V confie le corps de Saint Thomas d'Aquin au couvent, qui change alors de titulature en l'honneur du grand théologien dominicain.

Détail du retable de la Trinité de Bartolo di Fredi (Musée d'art et d'histoire de Chambéry)

 

 

Sous la révolution, la flèche qui dominait le clocher est abattue (1794). Le couvent est transformé en arsenal. Il subit de fortes dégradations. Il est renommé couvent des Jacobins, en référence au couvent des jacobins de la rue Saint Jacques, à Paris. L'action de Mérimée et Viollet-le-Duc permet de rouvrir le couvent au culte en 1873. Entre 1965 et 1970, on reconstruit, avec des éléments disparates retrouvés dans la région, les galeries sud et est du cloître qui avaient été rasées au XIXe siècle.

Page d'accueil