Les deux rives de Nuremberg ont chacune leur église, St Lorenz sur la rive sud et St Sebald au nord. Toutes deux se distinguent moins par leurs dimensions, somme toute modestes, que par leur riche ornementation intérieure. Saint Sebald est la plus ancienne. On trouve les traces d'une première chapelle, dédiée à St Pierre, vers 1050. Des pèlerinages sur la tombe de l'ermite Sebald s'organisent dès 1170. Peu à peu, la titulature de St Sebald supplante celle de St Pierre.
L'importance prise par le pèlerinage nécessite la construction d'une nouvelle église vers 1230. L'édification se poursuit jusqu'en 1274. Le modèle choisi à l'origine est celui de la cathédrale de Bamberg, c'est-à-dire une croix latine et deux choeurs (un à l'est et l'autre à l'ouest, correspondant aux deux patrons).
Au début du XIVe siècle, l'élargissement des bas-côtés de la nef, qui atteignent la largeur du transept, efface quelque peu la croix latine. Celle-ci reste cependant visible grâce à la différence de hauteur des voûtements. A cette époque deux portails sont consacrés au Jugement dernier et à la Vierge. Deux campagnes (1345 & 1482) surélèvent les tours de la façade. En 1361, on reconstruit le choeur est dans style gothique rayonnant (qui évoque la Sainte Chapelle).

 

Extérieur

cliquez pour agrandir

La façade occidentale présente une disposition particulière. Ses deux portails latéraux, surmontés de tours-clochers avec des toits en flèche, encadrent non pas un portail central mais un hémicycle qui forme en quelque sorte un second chœur
Le chevet est composé de longues baies étroites, séparées par d'élégants contreforts et surmontées de gâbles.
On trouve au niveau du transept un portail intéressant (1310) consacré au Jugement dernier.



Il rassemble en un seul registre les élus et les damnés (en bas), la Vierge et Saint Jean intercédant, ainsi que des anges sonnant l'olifant (milieu) et le Christ en majesté. L'absence de séparations en registre provoque une espèce de tassement des figures qui nuit à la lisibilité de la scène. De part et d'autre du portail, on trouve deux statues : Sainte Catherine (à gauche) et Saint Pierre (à droite).



Intérieur


cliquez pour agrandir

La nef de cinq travées a une élévation à trois niveaux : de grandes arcades, un triforium à quatre arcades (avec un mur de fond plein) surmontés d'un mur plein sans ornement, puis des fenêtres hautes. Les collatéraux et le vaisseau principal sont de même largeur. Les voûtes sont quadripartites.
Dans le chœur, légèrement désaxé par rapport à la nef, l'élévation est simple, constituée seulement de longues fenêtres étroites. Les quatre travées du chœur donnent sur un rond-point à trois pans, qui s'élargit en sept pans dans le déambulatoire.

cliquez pour agrandir



Page d'accueil