Historique


cliquez pour agrandir Les restes de saint Jacques auraient été ramenés de Jaffa, en Palestine. L'authenticité des reliques est, à vrai dire, très loin de faire l'unanimité. La première église construite sur le lieu de découverte de la tombe de saint Jacques date du IXe siècle. Une seconde église, englobant la première a été construite en 899. Elle est détruite en 997 par Al-Mansûr, chef omeyyade, qui épargne cependant le tombeau de l'apôtre. En 1009 une nouvelle église est érigée. Cependant, le culte de Saint-Jacques se développe suffisament pour qu'on envisage en 1075 de remplacer cette basilique primitive par une cathédrale sur le modèle des églises de pélerinage de St Martin de Tours.

 

Cette cathédrale est commandée par l'évêque Diego Peláez. Le premier architecte est Bernardo l'Ancien (de 1075 à 1078).
La construction est interrompue pendant 15 ans. Cette interruption est en partie due à l'incarcération de l'évêque, coupable de soutien au séparatisme galicien. Il est déposé en 1100 et remplacé par Don Diego Gelmírez. Les travaux sont relancés. Ce n'est qu'en 1112 que l'ancienne basilique est abattue. En 1117, un soulèvement populaire provoque un incendie. Cependant, à la fin de son épiscopat (1140), l'édifice est quasiment achevé. De 1165 à 1188 est construit le portique de la gloire. En 1211 a lieu la consécration officielle.
On ajoute au XIVe siècle la tour de l'Horloge (elle ne sera terminée qu'en 1680), au XVe la coupole et plusieurs chapelles, au XVIe, la tour des cloches et le cloître. Les neuf tours initialement prévues ne sont jamais érigées. Une façade baroque, l'Obradoiro, est ajoutée entre le 1738 et 1750, à l'ouest, dans le souci de protéger le portail roman.

 


Page d'accueil