Historique

Saint Bertrand ville haute

La première église construite près du site de Saint Bertrand de Comminges est une basilique paléochrétienne de 430, qui prend rapidement un rôle d'église funéraire. En 585, la ville fondée par les Romains est détruite et le site reste désert pendant 500 ans. Bertrand de l'Isle est nommé en 1073 évêque du diocèse de Comminges et décide de créer une cathédrale et sa cité épiscopale sur l'ancien site romain.

 

 

Propagateur de la Réforme Grégorienne, Bertrand de l'Isle donne son nom définitif à la ville (Saint Bertrand de Comminges) et fait dès sa mort (1123) l'objet d'une vénération qui s'amplifie avec sa canonisation en 1218. A la fin du XIVe siècle, l'évêque Bertrand de Got, futur pape Clément V, procède à l'agrandissement de la cathédrale dans le style gothique. Le pélerinage est alors encouragé, on instaure un jubilé de Saint Bertrand. Ce jubilé correspondait à la coïncidence entre un jeudi et un 2 mai. Le 2 mai commémorait en effet la Manifestation de saint Bertrand à Sanche Parra, un hobereau repenti que le saint délivra de sa prison de Montjuic à Barcelone. Le jour du jubilé, des indulgences sont données aux pèlerins. Une chapelle est ajoutée au nord aux XIV-XVe siècles.

Saint Bertrand, au tympan du portail

Evêque Saint Bertrand

 

 

buffet d'orgue
L'évêque Jean de Mauléon, au XVIe, installe le jubé, le buffet d'orgue et les magnifiques stalles en bois du choeur.

 

 

La cathédrale est l'objet de pillages pendant les guerres de religion, les habitants parvenant cependant à sauver les reliques. Dans le mouvement impulsé par le Concile de Trente, un séminaire est ouvert à Saint Bertrand de Comminges, dans un souci de restauration de la vie spirituelle et communautaire.
La Révolution vient interrompre cet effort, en supprimant le diocèse, qui n'est pas rétabli par le Concordat.
cloître

 

 

chevet Cependant le pélerinage subsiste (notamment grâce à la position de Saint Bertrand de Comminges sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle). Aujourd'hui, la cathédrale Sainte Marie fait partie des monuments inscrits, au titre des chemins de Compostelle, au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO.

Page d'accueil