Historique

 

Une chapelle dédiée à la Vierge est mentionnée en 850 parmi les biens du chapitre de la cathédrale. C'est la première référence à Notre-Dame en Vaux. Elle était alors située en dehors de la ville. En 1107, la chapelle devient une église paroissiale. En 1114, les 6 chanoines qui administrent Notre Dame en Vaux demandent leur indépendance vis-à-vis du chapitre de la cathédrale. En 1157, des miracles se produisent lors de la reconstruction de l'église qui s'était effondrée. Une bulle papale permet, quelques années plus tard, l'accroissement du nombre de chanoines. Entre 1181 et 1187, un conflit avec le curé de la paroisse éclate concernant la délimitation des prérogatives de chacun. A cette époque, le nombre de chanoines est augmenté mais pas les prébendes qui doivent donc être partagées.

 

 

La richesse des chanoines de la collégiale leur avait certainement valu quelques jalousies de la part des chanoines de la cathédrale. Il faut d'ailleurs l'interventon de l'archevêque de Reims pour réconcilier tout le monde en 1187.
La reconstruction de l'église est probablement achevée en 1183 (date de sa bénédiction). La dédicace a lieu en 1322. Les chanoines sont chassés en 1790. L'église est réouverte en tant que paroissiale en 1795. De nombreux dégâts sont causés par les cosaques en 1814. En 1844, la collégiale est classée monument historique, et on procède à des restaurations. En 1935, des statues colonnes sont découvertes dans le mur du presbytère. Elles appartenaient au cloître et sont aujourd'hui exposées dans un musée attenant à la collégiale. Celle-ci est aujourd'hui classée au patrimoine mondial de l'humanité.

 

 

 


Page d'accueil