Historique

 

Vers 1043, Saint Robert de Turlande, descendant du comte Géraud d'Aurillac, chanoine de Brioude, s'éloigne de son chapitre pour rechercher la solitude. Après un pélerinage au Mont-Cassin, il s'installe dans une froide forêt avec un petit groupe de disciples. En 1052, est officialisée la création du monastère de La Chaise-Dieu (déformation de casa dei, maison de Dieu). A sa mort en 1067, l'établissement compte 300 moines. Robert est canonisé trois ans plus tard. L'abbaye essaime rapidement, tisse des liens avec les Chartreux et Cluny et devient un centre de réforme. Elle bénéficie des mêmes privilèges que Cluny.

 

L'un des moines devient le pape avignonnais Clément VI. C'est grâce à ses fonds qu'est construite d'un seul jet l'abbatiale, au XIVe siècle. L'architecte est Hugues Morel. Matteo Giovanetti, peintre du Palais des Papes, réalise plusieurs peintures pour l'abbatiale. Il n'en reste malheureusement rien. A sa mort, Clément VI (1352) est enterré dans le chœur. Les travaux sont achevés sous le pontificat de Grégoire IX (1370-1378), son neveu, par les trois dernières travées de la nef et les tours. Au XVe siècle, un jubé est construit, rompant l'unité de la nef. En 1460 est peinte une Danse macabre. Au début du XVIe siècle des stalles sont installées . En 1562, les huguenots détruisent le monument funéraire du pape. Entre-temps, ont été construits le cloître, un donjon (la tour clémentine). L'abbaye passe ensuite sous le régime de la commende. L'un des abbés commendataires, Richelieu, intègre la Chaise-Dieu à la congrégation de Saint Maur. La Révolution met fin à la vie monastique.

 

 


Page d'accueil